La terrariophilie est associée à l'aquariophilie en Club

Un portail d'aquariophilie peut inclure la terrariophilie. Les activités de loisir que sont l'aquariophilie et la terrariophilie sont depuis bien longtemps, en clubs et associations locales, deux domaines fréquemment associés ensembles. Il est tout aussi fréquent d'y ajouter une activité plus précise comme l'herpétologie (serpents). Les Nouveaux Animaux de Compagnie (NAC) ont changé la donne en ce qui concerne les passions touchant au maintien d'animaux en captivité dans une espace restreint, par opposition aux Animaux de Compagnie comme le chat, le chien, le cheval, qui eux, ne vivent pas en captivité tout au long de la journée et n'ont pas besoin d'un biotope trop particulier.

La terrariophilie nécessite l'emploi d'un terrarium, comme l'aquariophilie a besoin d'un aquarium. Si on devait regrouper les deux activités de maintien d'espèces animales, tant terrestres qu'aquatiques, dans un écosystème captif, on pourrait parler des vivariums et de vivariophilie.

Le vivarium réunit aquarium et terrarium.

Un vivarium, ce qui en latin, signifie littéralement «lieu de vie», est une zone, généralement close, pour garder et élever des animaux ou des plantes pour l'observation ou de recherche. Souvent, une partie de l'écosystème pour une espèce particulière est simulée sur une plus petite échelle, avec des contrôles pour les conditions environnementales.

Ainsi, le vivarium peut s'appeller aquarium, terrarium, paludarium, aquaterrarium, insectarium, riparium, etc. Comme notre propos s'applique aux araignées et surtout aux mygales, les termes de terrarium et de terriophilie sont les plus logiques pour la maintenance des arachnides en captivité. La terminologie d'insectarium n'est pas fréquemment utilisée en français, et de toutes les façons, inadaptée aux arachnides.

Les mygales en vivarium.

Nous borrnerons le cadre de cette page aux grandes araignées que sont les mygales, des mygales colorées.
Avicularia versicolor
Comme cette Avivularia versicolor ci-dessus, les grandes mygales arborent des couleurs et des coloris extraordinaires, loin de la grisaille de nos araignées locales. L'exotisme a du bon dans ces cas. Et si on doit citer quelques espèces, voici quelques taxons :
  • Xenesthis immanis
  • Brachypelma smithi
  • Psalmopoeus pulcher
  • On s'intéressera à quelques caractéristiques anatomiques des araignées, y compris les chélicères qui sont une marque précieuse pour les identifications.

    Les animaux arachnides en terrarium.

    Les mygales, et autre mygalomorphes, sont ainsi les préférées des éleveurs amateurs d'araignées, et on trouve même des collections vivantes dans quelques muséums en France. On en trouve à la Citadelle de Besançon, et à l'Insectarium de Lizio en Bretagne, et hors france métropolitaine, à l'Insectarium de La Réunion. On notera que l'appellation anglophone de la mygale est la tarentule.